Suivez nous

Une soirée pour apprendre à échouer

 

Personne n’a jamais changé le monde en restant assis sur son canapé. On a tous des rêves, et pourtant, rares sont ceux qui prennent le risque de les réaliser !

Prendre la voie de la réussite, c’est parfois prendre le risque de se tromper, de se perdre, et d’échouer.

Pourtant, même si la chute n’est pas toujours facile à vivre, elle demeure une source d’apprentissage personnel et professionnel, qui permet aussi d’apprendre à se relever puis à rebondir pour le meilleur.

C’est donc pour dédramatiser l’échec, apprendre à rebondir et inciter tous les étudiants à se lancer, peu importe le projet qui leur tient à cœur, que nous avons organisé la première édition de la « Fail Night » au sein de l’Université Paris-Dauphine.

 

Déroulé de la soirée

🔹 Présentation & animation de la soirée par Pauline Grisoni, auteure de La Leçon Poadcast ;

🔹 Cinq intervenants reviennent sur leurs parcours d’entrepreneurs.eures ;

🔹 Session de questions / réponses avec le public d’étudiants dauphinois ;

🔹 Cocktail & networking.

 

Nos cinq intervenants – tous sont venus témoigner de leurs parcours et de leurs échecs, en racontant leur histoire. L’idée étant d’apprendre comment et avec quels outils ils ont remonté la pente, et quelles leçons partager avec les étudiants dauphinois.

🔸 Valentin Cordier – cofondateur @Comet

🔸 Nicolas Gueugnier – ancien dauphinois & fondateur @Big Moustache

🔸 Corinne Le Minor – fondatrice @The Concept Book

🔸 Hélène Lucien – fondatrice @Makezu

🔸 Louise Eggrickx – Ex fondatrice @Picorist

 

Les phrases qui nous ont inspirées lors de la soirée

Valentin : « Alors que j’ai toujours été au taquet, je tombe dans un burn out », « Je prends du recul, je pars en vacances, et prends conscience que je suis fait pour créer et non manager et piloter une énorme équipe », « On recrute un nouveau COO, aujourd’hui je suis toujours co-fondateur et dans la boite, mais sous un autre post : j’ai retrouvé la place qui me correspond ».

Nicolas : « L’Entrepreneuriat est comparable à l’escalade : on apprend à tomber », « L’échec fait partie d’une aventure entrepreneuriale et doit être partagé ».

Corinne : « Mon plus gros échec est d’avoir fait l’autruche : j’ai refusé de voir les choses en face », « J’apprends que notre co-fondateur a liquidé la société dans notre dos », « J’étais dans un incubateur, et d’être entourée d’entrepreneurs autour de moi m’a énormément aidée ».

Hélène : « J’ai liquidé dés lors que la trésorerie a basculé dans le négatif », « J’ai cédé mes actifs à un repreneur : j’étais à la fois heureuse et dans un sentiment de perte totale », « Il faut prendre le temps de digérer, de penser et de s’entourer, ensuite on y voit beaucoup plus clair et repartir de l’avant ».

Louise : « J’ai arrêté ma startup », « Qu’est-ce qu’on va penser de moi : le regard des autres est assez important », « Pendant mes entretiens, personne ne m’a parlé d’échec : ils étaient curieux d’en savoir plus sur mon expérience entrepreneuriale ».

 

Les articles que nous vous conseillons sur le sujet 

Les Echos StartRepenser l’échec comme une chance

MaddynessPourquoi s’intéresser à l’échec ?

MaddynessFail fast or die trying

 

Vous avez également lu d’autres articles intéressants sur le sujet ? Envoyez-nous vos suggestions dans un petit mail : camille.anglade@dauphine.psl.eu 😊

 

Voir toutes nos actualités